Élections professionnelles 2014

Déclaration de la FSU Allier sur les résultats départementaux des élections professionnelles

Publicités

ALERTE

Les élections professionnelles dans la fonction publique, aux comités techniques ministériel et académiques et au commissions administratives paritaires de chaque corps, ont lieu en ce moment jusqu’au jeudi 4 décembre, 17 h.

Le taux de participation est à ce jour et à cette heure exceptionnellement faible, autour de 20% ce dimanche soir.

Si cela continue, alors nous agents de la Fonction publique, nous nous tirerions une balle dans le pied.

Au moment où les seuils sociaux pour élire délégués du personnel et comités d’entreprises, et où l’élection des conseillers prud’hommes sont mis en cause, c’est l’ensemble de la représentation sociale en France qui est en danger. Une faible participation ouvrirait la voie à des attaques aggravées contre le service public.

Bien sûr, on en comprend les causes :
•    Une politique gouvernementale qui frappe, frappe et frappe sur celles-là et ceux-là mêmes qui espéraient enfin une politique simplement sociale et humaine, et donc qui désespère et qui lasse.
•    Des reculs sociaux à l’échelle nationale depuis des années qui conduisent au scepticisme.

•    Et, de plus, le choix du vote informatique qui est loin d’être aussi simple qu’on ne le dit et tend à
placer chacun dans une position isolée et individualisée devant son vote.
•    … Sans compter qu’il ne faut pas compter sur les moyens d’information médiatiques existants pour parler de ce scrutin pourtant de la plus grande importance, tout aussi important en vérité que la désignation du président de l’UMP par exemple !

Mais devons-nous nous laisser faire ?

Par l’action syndicale départementale, la FSU et ses syndicats ont depuis un an obtenu des résultats partiels significatifs limitant les dégâts : annulation de certaines suppressions de postes et de classes annoncées dans les écoles, collèges et lycées, et promesse récente d’une remontée des salaires des accompagnatrices d’élèves en situation de handicap.

Chaque fois que nous nous unissons et que nous revendiquons en direction de là où les choses se décident, nous pesons.

Alors, maintenant, PESONS et AGISSONS en VOTANT :
Votons sur https://vote2014.education.gouv.fr/emg-portal-webapp/frontend/#/login. Et pourquoi pas le faire collectivement ?

En cas de problème contactez-nous :
SNES-FSU : electionspro2014@snes.edu, 0811 46 20 76 (prix appel local). SNUIPP-FSU : snu03@snuipp.fr, 04 70 03 85 90. SNUEP-FSU : 06 25 07 66 83. SNEP-FSU : 06 82 60 95 76.
Assistance Rectorat : n° Azur : 0810 811 135 ou par courriel : assistance@ac-clermont.fr

Vincent Présumey, secrétaire départemental de la FSU.

Contractuels, stagiaires, AED, CUI, AESH… : vous aussi, vous votez au élections professionnelles !

Cette année, tout le monde participe aux élections professionnelles. Elles permettent de désigner nos représentants dans les différentes instances décisionnelles (pour les carrières, les mutations, le fonctionnement des services, les statuts…). Vous aurez à choisir entre des syndicats qui présentent des orientations différentes sur ces sujets.

1ère étape : accéder à sa messagerie professionnelle

Nous avons tous une messagerie professionnelle mais nous ne l’utilisons pas forcément. La plupart du temps, l’adresse se présente sous la forme prénom.nom@ac-clermont.fr.

Identifiant : première lettre du prénom suivie du nom

Mot de passe : votre NUMEN (si vous n’avez pas votre NUMEN vous pouvez le demander au secrétariat de votre établissement)

Pour accéder à la messagerie : https://bv.ac-clermont.fr/horde/login.php

Pour réinitialiser votre mot de passe : https://bv.ac-clermont.fr/aidemessagerie/indexMP.html

2e étape : accéder à son espace électeur : https://vote2014.education.gouv.fr/emg-portal-webapp/frontend/#/login

Il vous permettra de voter en ligne.

Pour créer votre espace électeur, vous devez suivre la procédure suivante : http://www.snes.edu/Acceder-a-son-espace-electeur.html

3e étape : vérifier que vous êtes bien inscrit sur les listes électorales.

Vous allez voter plusieurs fois, pour différentes instances. Pour savoir qui vote à quoi : http://www.snes.edu/Qui-vote-a-quoi.html

4e étape : faire son choix !

Les professions de foi et les listes de la FSU et du SNES : http://www.snes.edu/Professions-de-foi-nationales-du.html

5e étape : voter !

Par internet, du 27 novembre 10h au 4 décembre 17h.

Élections professionnelles : la profession de foi de la FSU Allier

FSU ALLIER : DES ELECTIONS PROFESSIONNELLES D’UNE IMPORTANCE MAJEURE.

La Fédération Syndicale Unitaire est l’organisation syndicale décisive dans l’enseignement public. C’est la mise en place, délibérément chaotique et destinée à individualiser le vote des personnels, de l’informatisation du vote lors des précédentes élections professionnelles en 2011, qui lui avait fait perdre de peu sa première place dans l’ensemble de la Fonction publique d’Etat.

Les élections professionnelles dans les trois fonctions publiques, d’Etat, territoriale et hospitalière, de cette fin d’année 2014 ont lieu dans un contexte particulier, des plus dangereux. Un président, élu pour des raisons opposées à la politique qu’il mène, a formé un gouvernement qui affronte ouvertement la civilisation du service public, de la protection sociale et du code du travail, et qui par là même s’en prend aux principes de liberté, d’égalité et de fraternité, favorisant ainsi les pires dérives dans notre vie politique. Jusqu’à quand ? Jusqu’à ce que la résistance sociale, vitale, s’exprime à grande échelle.

Là intervient le vote FSU aux élections professionnelles. Un vote pour le service public national et laïque, pour le statut des fonctionnaires, pour l’emploi public, pour les droits sociaux, ce n’est pas anodin, cela va peser. C’est décisif. C’est nécessaire. Maintenant.

Cette année le vote informatique devrait être plus « facile » qu’il y a quatre ans. Toutefois, le droit de vote des personnels les plus précaires, comme les AVS (Auxiliaires de Vie Scolaire) et ceux devenus AESH (Accompagnants des Elèves en Situation de Handicap), n’est pas encore garanti à ce jour, ce qui n’est pas admissible : la FSU et ses syndicats interviennent dans notre département pour assurer leur droit de voter.

Ce n’est pas forcément simple non plus pour les collègues contractuels, pour les collègues stagiaires, et il convient que tous soient vigilants, consultent leurs boites professionnelles et nous signalent tout problème.

Déjà en 2011 dans notre publication pour les élections professionnelles, la FSU Allier s’identifiait ainsi :

« La FSU Allier réaffirme son attachement à la pertinence des échelons communaux et départementaux dans la gestion des écoles et des collèges, dans la vie scolaire, et dans la défense et la promotion de l’école publique et laïque. »

Nous pouvons contresigner cela plutôt deux fois qu’une. L’an dernier, une mobilisation départementale commencée par la manifestation à la préfecture, lors du Conseil Départemental de l’Education Nationale du 16 avril, poursuivie et amplifiée avec l’assemblée départementale de défense de l’école publique tenue à Arfeuilles fin mai sur proposition de la FSU, a obtenu des résultats conséquents face à de nombreuses suppressions de postes, sauvant des classes à Arfeuilles, puis Audes, puis Bellerives encore à la rentrée, et des divisions en collège au Donjon, puis à Lapalisse. Ce fut une démonstration de ce que peut une fédération de syndicats agissant pour impulser l’unité, celle des personnels, celle de l’ensemble des syndicats, celle de tous les défenseurs de l’école publique.

La réforme territoriale, dont la discussion au parlement coïncide avec les présentes élections professionnelles, veut justement, tout au contraire :

-renforcer démesurément le pouvoir des Régions, de plus en les regroupant (fusion Auvergne-Rhône-Alpes : gestion lyonnaise des transports scolaires dans l’Allier ?! …).

-renforcer symétriquement le pouvoir de grandes intercommunalités dessinées par les préfets, des pressions s’exerçant pour leur inféoder « l’école du socle », primaire et collèges.

-porter un coup décisif aux communes et aux départements, ces derniers devenant des institutions de la ruralité, si l’on peut, dire et non plus de la République, remplacés ici par des fédérations d’intercommunalités, là par des métropoles.

Dans notre région, cela signifierait à terme une « métropole » clermontoise et des départements ou des intercommunalités périphériques gérant par « contractualisation » ou « conventions » des services publics de moins en moins publics, école comprise.

La FSU Auvergne a écrit à tous les parlementaires pour qu’ils votent contre cette contre-réforme car c’est l’égalité des citoyens devant la loi, devant l’impôt et devant le service public qui est cette fois-ci immédiatement en cause.

C’est l’égalité, celle que le service public fait vivre, que défend et renforce le vote pour la FSU et pour ses syndicats nationaux.

En votant pour la liste FSU au Comité Technique Académique, dans laquelle l’Allier est représenté par nos camarades Sandrine Monier (SNUIPP-FSU), Stéphane Zapora (SNUEP-FSU), Ugo Trévisiol (SNUEP-FSU), Sébastien Pousse (SNUACTE-FSU), Thierry Chaudier (SNEP-FSU), vous votez du même coup pour la liste des représentants que nous nous engageons à envoyer, comme nous l’avions fait en 2011, au Comité Technique Départemental, conduite par nos camarades Valérie Bardet du SNUIPP-FSU et Juliette Grand du SNES-FSU.

Vous renforcerez aussi l’action fédérale de la FSU dans tous les secteurs de l’enseignement public et pour les services publics : à l’Agriculture, à la Protection Judiciaire de la Jeunesse, et parmi les agents techniques des collèges et lycées qui ont été transférés aux départements et aux régions en 2004 et risquent de nouveaux transferts avec la réforme territoriale, qui ont formé cette année deux listes du SNUACTE-FSU dans la fonction publique territoriale de l’Allier (Conseil Général et CAP des catégories C du Centre de Gestion de la FP Territoriale).

Vous renforcerez encore le poids politique et la force de proposition de notre FSU départementale en direction des élus de tout bords, dans les combats laïques, dans l’action syndicale unitaire parmi les retraités, dans la défense des libertés fondamentales avec le Réseau Education Sans Frontières (RESF), dans la valorisation de la mémoire sociale avec l’action pour la réhabilitation collective de tous les fusillés pour l’exemple de 1914-1918 : c’est aussi cela, l’action syndicale, qui va des intérêts matériels les plus immédiats aux intérêts moraux les plus généraux des salariés.

Notre conception de l’unité d’action est la suivante : nous n’implorons pas l’unité, nous la réalisons ! C’est pour changer la donne que nous vous appelons à voter FSU.

Élections professionnelles : Les candidats de la FSU dans l’Allier

Vous pouvez et vous pourrez compter sur la FSU Allier pour

réaliser l’unité d’action syndicale et l‘unité d’action pour l’école publique,

agir avec détermination,

camper sur les principes du service public national et laïque, avec des postes de fonctionnaires titulaires, des statuts, une fonction publique de carrière et pas de mérite, le droit commun et pas des chartes locales.

Les candidats FSU au CTSD Allier pour 2015 :

Sans titre

Valérie Bardet-Criquet, Professeur des écoles, école élémentaire Gennetines, SNUIPP-FSU.

Juliette Grand, Professeur certifiée, collège de Bourbon-l’Archambault, SNES-FSU.

Nicolas Sem, Professeur des écoles, directeur de l’école de Broût-Vernet, SNUIPP-FSU.

Thierry Chaudier, Professeur d’Education Physique, lycée Banville, secr. dép. SNEP-FSU.

Jérémie Maurel, Professeur des écoles, directeur de l’école de Louroux-de-Bouble, SNUIPP-FSU.

Vincent Présumey, Professeur agrégé, lycée Banville, secr. dép. FSU, SNES-FSU.

Cédric Bouchet, Instituteur Spécialisé, collège de Désertines, SNUIPP-FSU.

Laure Gebel, Adjoint Technique Principale de Laboratoire, lycée Jean Monnet, SNUACTE-FSU.

Céline Bourdier, CPE collège Jules Ferry Montluçon, SNES-FSU.

Stéphane Zapora, Professeur de Lycée Professionnel, lycée Val d’Allier, resp. acad. SNUEP-FSU.

Bénédicte Frogée, Infirmière conseillère de santé, collège de Tronget, secr. dép. SNICS-FSU.

Annie Brisot, Assistante sociale en faveur des élèves, SNUAS-FP-FSU.

Marc Bellaigue, Professeur certifié, collège François Villon Yzeure, SNES-FSU.

Rémy Puzenat, Professeur des écoles, école élémentaire Paul Lafargue Montluçon, SNUIPP-FSU.

Ugo Trévisiol, Professeur de Lycée Professionnel, lycée Val d’Allier Varennes, SNUEP-FSU.

Nathalie Bourdeau, Infirmière conseillère de santé, collège J. Hennequin, Gannat, SNICS-FSU

Romain Montagnon, Professeur d’Education Physique, LEP Einstein Montluçon, SNEP-FSU.

Sébastien Pousse, ATRS 1° classe lycée Jean Monnet, SNUACTE-FSU.

Félicité Montagnac, Professeur certifiée, cité scolaire de St-Pourçain, SNES-FSU.

Lucette Fontverne, Institutrice, école Jean Moulin, Avermes, SNUIPP-FSU.