conseil école-collège

Mise en place des conseils école-collège

Qu’est-ce que c’est ?

L’année scolaire 2013-2014 a vu la mise en place des conseils école-collège dans l’optique de la réalisation des « programmes d’action » dès la rentrée 2014. Ce conseil, qui entre dans le cadre de la refondation de l’école, a pour objectif de « renforcer la continuité pédagogique entre les premier et second degrés ». En théorie, il est composé du chef d’établissement, de l’IEN du secteur, d’enseignants désignés par le CDE sur proposition du conseil pédagogique et d’un professeur des écoles par école du secteur.

Dans les faits….

Voilà les collègues à nouveau « invités » dans des réunions dont le flou sur leur caractère obligatoire reste savamment entretenu… Dans ces réunions, où tout le monde semble être présent à l’insu de son plein gré, des « appels à projet » sont lancés sans moyens prévus pour les réaliser. Face à l’absence d’entousiasme, certains collègues se sont vus proposer des projets plus ou moins farfelus de manière à remplir la coquille vide… Bien souvent ces réunions ont accouché du seul projet de se réunir ultérieurement !

Ce qui nous attend…

Ce conseil s’inscrit dans une vision de l’organisation du système éducatif fondée sur un bloc « école collège » et sur l’acquisition des « compétences de base » dans lequel la rupture entre le CM2 et la 6e est considérée comme la mère de tous les vices… Un risque parmi d’autres est de se voir imposer des pratiques pédagogiques, via le nouveau cycle 3 CM1-CM2-6e : la multiplication des initiatives de « 6e sans notes » en est un exemple.

Mais le conseil école collège n’est que le début : attendons nous à une multiplication des structures administratives. En effet, le ministère prévoit d’additionner au conseil école collège des conseils de cycle en articulation avec le conseil pédagogique. Une véritable usine à gaz dans laquelle les enseignants passseront d’innombrables heures de réunion. Les conseils de cycle 3, en nombre égal au nombre d’écoles du secteur seraient chargés d’élaborer les aspects pédagogiques du cycle, en tenant compte du programme élaboré par le conseil école collège, avec l’accord du CA et du conseil d’école de chaque école concernée. Il pourrait mettre en place des « commissions » et agir en coordination avec les autres conseils : un véritable délire administratif !

Cette folie technocratique n’est pas acceptable. Très coûteuse en énergie pour les personnels, sans moyens nouveaux, elle ne fera qu’amplifier les difficultés et détériorer nos conditions de travail.

Ce n’est pas la réunionite aigüe qui fera réussir tous les élèves !

Publicités