Actualité des collèges et lycées

De l’utilité de connaître ses droits…

Parfois, il est nécessaire de rappeler que nous avons des droits et qu’il n’est donc pas permis de faire n’importe quoi. Ainsi, quand dans un collège de l’Allier un projet prévoit de faire voter en CA le fait que les enseignants devront prendre les élèves 15 minutes plus tôt en début d’après midi pour leur permettre de lire en autonomie, il est utile de rappeler que :

  • nos maxima hebdomadaires sont de 18h pour les certifiés et 15h pour les agrégés.
  • une heure supplémentaire peut être imposée et doit être rémunérée.
  • le bénévolat ne peut fonctionner que sur la base du volontariat
  • prendre en charge des élèves sans inscription au VS, sans ordre de mission et sans rémunération peut poser des problèmes d’assurance.
  • Un conseil d’administration n’a pas le pouvoir de modifier nos statuts.

Quand des pratiques sont illégales, il suffit de le dire pour qu’elles cessent. Obéir à toute injonction hiérarchique ce n’est pas appliquer la loi ni servir le service public. Si cela ne suffit pas de le rappeler, il faut contacter le syndicat pour faire cesser ces abus.

Connaître ses droits, c’est déjà les défendre : inscrivez-vous au stage syndical organisé par le SNES 03 sur ce sujet !

https://snes03.wordpress.com/2018/08/29/participez-au-stage-syndical-du-snes-03/

 

Publicités

Victoire syndicale

Au lycée Albert Londres de Cusset, la dotation horaire globale est exemplaire, en pire, de ce que nous combattons : des gisements de postes en Heures supp ! (postes qui couteraient moins cher que les heures supp !).

C’est notamment cette situation qui a conduit à un rejet de la DHG par les représentants enseignants, SNES, « non syndiqués » et SNALC au conseil d’administration, ceci à deux reprises, et avec un vote plus large contre la seconde fois, sans que le proviseur, par ailleurs responsable du SNPDEN-UNSA, ait changé un iota à son projet de répartition d’un CA à l’autre ainsi que l’exigent les textes. (suite…)

On commence à se poser des questions…

SUR LES ECONOMIES BUDGETAIRES DU SAUVEUR SUPREME DE LYON, quand on est prof, élève, agent, aed, parent d’élève, au lycée Albert Londres de Cusset, car, voyez-vous, IL FAIT FROID.

Selon « la Montagne » de Vichy de ce jour,

« Il faudra encore garder la doudoune ou son manteau mercredi matin, dans la cité scolaire Albert-Londres, où quelque 2.000 élèves étudient.

Le chauffage est à nouveau en panne. À nouveau, car le jeudi 30 novembre dernier, un problème de chauffage était déjà survenu dans l’établissement cussetois. »

« Le lendemain, le vendredi 1er décembre, à 17 heures, la direction du lycée avait décidé de fermer l’établissement le samedi matin. Le lycée avait rouvert normalement le lundi suivant.
Mais cette fois-ci, pas de fermeture du lycée. La panne, qui dure depuis ce week-end selon nos informations, devrait être réparée ce mercredi matin. Une pièce de la chaudière doit être livrée aux techniciens de Vinci. »

On va voir, on va voir…

La direction de d’établissement manifeste dans cette affaire un relatif silence vis à vis des collègues, élèves et parents. Des pièces ont en principe été commandées en urgence mais il y a lieu de s’interroger sur la bonne volonté de la Région. Lors de la première panne, c’est au dernier moment le lendemain de l’incident que la décision de fermeture du lycée et de l’internat avait été annoncée.
Le soir même où commençait cette panne les élus SNES-FSU au CA questionnaient sur l’avancée des travaux de la chaudière à bois pour lesquelsla date d’octobre 2017 avait été donnée précédemment. Il fut répondu que la Région compte se défaire de cette chaudière trop coûteuse à ses yeux. A notre observation que les coûts du gaz montaient en flèche il fut répondu que « tout fonctionnait parfaitement » (la panne venait par ailleurs de commencer …)

Le lycée est équipé d’une chaudière bois qui date de sa construction (1963) or, depuis un bâtiment (le F2) a été abattu et l’ancien internat a été cédé à la Mairie de Cusset et est en friche. Donc la chaudière bois fonctionnant en surrégime a fini par s’encrasser et tomber en panne…
Pour y suppléer une plus petite chaudière à gaz a été installée mais elle ne possède pas la puissance nécessaire et en cas de grand froid elle rend l’âme comme on l’a vu par deux fois.
Depuis la grande panne de Novembre le lycée a souvent connu des épisodes de froid….

A l’heure qu’il est, les élèves et les collègues gardent leurs manteaux dans les bâtiments où la température est en baisse permanente, et il fait particulièrement froid aux Ateliers, mais aussi au self.
Après Chamalières et la première panne à Presles, cela devient récurrent et commence à faire beaucoup…

Allo, la Région ?

Chaleur et électricité à Albert Londres.

Ce n’est tout de même pas une mince affaire : l’un des principaux lycées du département (et de l’académie), qui, précisons-le, comporte un internat et fonctionne le samedi matin, doit fermer le vendredi, décision prise un peu avant 16 h. Aux dernières nouvelles il rouvre lundi, ouf …

La raison : depuis la veille vers 16h, plus de chauffage à Albert Londres. Selon La Montagne de Vichy la panne aurait « pour origine un programmateur électrique défaillant ». Ce qui, à tort ou à raison mais inévitablement, conduit à faire le lien avec les problèmes électriques récurrents dans la partie « ateliers » du lycée depuis la rentrée.

(suite…)

Grève le 8 septembre contre la réforme du collège et réunion des professeurs de collège du secteur de Montluçon.

Le SNES-FSU 03 avec le soutien de l’ensemble de la FSU 03 appelle à la grève le jeudi 8 septembre pour l’abrogation de la « réforme du collège » et le rétablissement de l’offre de service public d’enseignement supprimé. Il appelle les collègues à se réunir dans tous les établissements, collèges, lycées et CIO pour faire le point sur la situation parfois chaotique et souvent problématique de cette rentrée, mettre à jour les conséquences immédiates de la « réforme du collège ». Il attire l’attention des collègues sur le fait qu’il n’y a aucune obligation légale ou réglementaire à ce que les EPI et l’AP soient fléchés dans les emplois du temps.

A Montluçon, où des collègues ont fait la grève des corrections du brevet en fin d’année dernière, aucun autre collègue n’acceptant de prendre les paquets de copies des grévistes que les IPR ont donc dû corriger, le SNES-FSUappelle les collègues  à se réunir ensemble pour faire le point et discter des suites dés le mercredi 7 septembre, à 15h (lieu à confirmer : vraisemblablement salle Sallicis).

Ci-dessous le communiqué national intersyndical :

bandeau_30-08-fc95f

La rentrée 2016 devrait voir mise en œuvre la réforme du collège imposée par le gouvernement alors même qu’elle est toujours contestée par la majorité des personnels du second degré. Ces derniers qui ont manifesté tout au long de l’année dernière leur opposition et leur volonté d’une reprise des discussions pour une autre réforme n’ont pas désarmé. L’autoritarisme , le mépris manifestés par la ministre de l’Éducation qui a négligé de répondre aux demandes d’audience de l’intersyndicale du second degré, la désorganisation causée dans les collèges par la réforme n’ont fait que renforcer la détermination à combattre cette dernière.

L’intersyndicale a appelé les collègues à ne pas mettre en œuvre des dispositifs imposés et qu’ils jugent inefficaces ; elle demande à l’ensemble des personnels du second degré de recenser et faire remonter dans le cadre des assemblées générales de pré rentrée tous les problèmes d’une rentrée qui s’annonce très difficile :collège, lourdeur des effectifs en lycée, insuffisance des moyens affectés à la vie scolaire, emplois du temps …La poursuite des mobilisations conduites durant l’année précédente doit déboucher sur l’abrogation de la réforme et l’ouverture rapide de discussions sur d’autres bases. A l’approche d’échéances électorales importantes le gouvernement doit enfin entendre les personnels Après les congés d’été, c’est avec combativité que les personnels entament ce début d’année scolaire décidés à agir pour leurs métiers et leurs élèves, lutter contre les inégalités et le maintien de garanties collectives mises à mal dans la loi travail comme dans l’Éducation

C’est pourquoi l’’intersyndicale du second degré appelle les personnels à se mettre en grève et rejoindre les manifestations le 8 septembre pour une autre réforme du collège et de meilleures conditions de travail et d’étude en collège comme en lycée.
Elle les invite à s’associer aux initiatives prises par l’intersyndicale interprofessionnelle CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL, le 15 septembre pour obtenir l’abrogation de la loi Travail imposée par l’utilisation du 49-3 et conquérir de nouvelles garanties et protections collectives.

La rentrée du SNES 03.

Pour les collègues qui arrivent dans la profession et à qui nous souhaitons bienvenue, voici un lien vers le guide des stagiaires professeurs et CPE réalisé par le SNES-FSU :

http://www.snes.edu/IMG/pdf/memo_stagiaires_2017_pdf_bd.pdf

A l’occasion de la réunion de rentrée du conseil départemental de la FSU Allier, les membres du bureau départemental du SNES se verront pour nos interventions en cette rentrée : https://fsu03.wordpress.com/2016/08/24/vers-la-rentree/

Nous discuterons notamment de l’organisation de la grève pour l’abrogation de la réforme du collège du jeudi 8 septembre :

https://www.snes.edu/IMG/pdf/affiche_a2_greve_08-09-2016.pdf

Ras-le-bol ! Tous en grève le 8 septembre

Collèges et lycées : tous en grève le 8 septembre

Bonne fin de vacances !