On commence à se poser des questions…

SUR LES ECONOMIES BUDGETAIRES DU SAUVEUR SUPREME DE LYON, quand on est prof, élève, agent, aed, parent d’élève, au lycée Albert Londres de Cusset, car, voyez-vous, IL FAIT FROID.

Selon « la Montagne » de Vichy de ce jour,

« Il faudra encore garder la doudoune ou son manteau mercredi matin, dans la cité scolaire Albert-Londres, où quelque 2.000 élèves étudient.

Le chauffage est à nouveau en panne. À nouveau, car le jeudi 30 novembre dernier, un problème de chauffage était déjà survenu dans l’établissement cussetois. »

« Le lendemain, le vendredi 1er décembre, à 17 heures, la direction du lycée avait décidé de fermer l’établissement le samedi matin. Le lycée avait rouvert normalement le lundi suivant.
Mais cette fois-ci, pas de fermeture du lycée. La panne, qui dure depuis ce week-end selon nos informations, devrait être réparée ce mercredi matin. Une pièce de la chaudière doit être livrée aux techniciens de Vinci. »

On va voir, on va voir…

La direction de d’établissement manifeste dans cette affaire un relatif silence vis à vis des collègues, élèves et parents. Des pièces ont en principe été commandées en urgence mais il y a lieu de s’interroger sur la bonne volonté de la Région. Lors de la première panne, c’est au dernier moment le lendemain de l’incident que la décision de fermeture du lycée et de l’internat avait été annoncée.
Le soir même où commençait cette panne les élus SNES-FSU au CA questionnaient sur l’avancée des travaux de la chaudière à bois pour lesquelsla date d’octobre 2017 avait été donnée précédemment. Il fut répondu que la Région compte se défaire de cette chaudière trop coûteuse à ses yeux. A notre observation que les coûts du gaz montaient en flèche il fut répondu que « tout fonctionnait parfaitement » (la panne venait par ailleurs de commencer …)

Le lycée est équipé d’une chaudière bois qui date de sa construction (1963) or, depuis un bâtiment (le F2) a été abattu et l’ancien internat a été cédé à la Mairie de Cusset et est en friche. Donc la chaudière bois fonctionnant en surrégime a fini par s’encrasser et tomber en panne…
Pour y suppléer une plus petite chaudière à gaz a été installée mais elle ne possède pas la puissance nécessaire et en cas de grand froid elle rend l’âme comme on l’a vu par deux fois.
Depuis la grande panne de Novembre le lycée a souvent connu des épisodes de froid….

A l’heure qu’il est, les élèves et les collègues gardent leurs manteaux dans les bâtiments où la température est en baisse permanente, et il fait particulièrement froid aux Ateliers, mais aussi au self.
Après Chamalières et la première panne à Presles, cela devient récurrent et commence à faire beaucoup…

Allo, la Région ?

Publicités