Mois: avril 2016

Aux syndiqués SNES Allier.

Le local de la FSU de Vichy a été pour la seconde fois en deux ans cambriolé ce matin.

Plainte sera déposée dans la journée.

Un article sur le site de la FSU Allier ce soir donnera les détails et fera le point sur la situation de plus en plus alarmante des locaux syndicaux dans le département de l’Allier.

Deux ordinateurs ont été dérobés. L’un d’eux comportait la liste des mails des syndiqués, qu’il nous faut reconstituer. Nous vous demandons donc, premièrement de nous renvoyer vos mails si vous souhaitez pouvoir recevoir les infos du SNES ou de la FSU Allier, deuxièmement de nous prévenir au cas où vous receviez un mail équivoque se présentant comme venant de nous.

snes03@wanadoo.fr

Publicités

Dans la série « manquait plus que ça », les portiques Wauquiez arrivent dans l’Allier.

Nous reproduisons ci-dessous l’article paru dans La Montagne (édition de Vichy) le vendredi 8 avril, disponible ici : http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/2016/04/08/les-portiques-de-securite-ne-font-pas-lunanimite-a-cusset_11861571.html

Les portiques de sécurité ne font pas l’unanimité à Cusset.

Sur décision de Laurent Wauquiez, un portique de sécurité devrait être installé devant l’entrée de la cité scolaire Albert-Londres, dès la rentrée de septembre. Une décision qui fait débat.

Promesse tenue. Laurent Wauquiez, le président (LR) de la nouvelle région Auvergne – Rhône-Alpes l’a annoncé mercredi : il installera bien des portiques de sécurité devant plusieurs établissements scolaires.

Dont la cité Albert-Londres de Cusset, dès la rentrée de septembre. Et dire que les avis divergent relèverait de la litote. Dans le camp politique du patron de la Région, rien à redire. Jean-Sébastien Laloy, maire (LR) de Cusset, applaudit.

« On est contre »
Pas le même son de cloche, en revanche, du côté des syndicats s. « On est contre », tempête Vincent Presumey, responsable départemental de la FSU, qui voit dans ce dispositif « une idée publicitaire de Laurent Wauquiez ».

« Ce sont des dépenses superflues, ça ne renforcera pas la sécurité, et ça va créer des attroupements, à l’entrée de l’établissement. »

« Il faut plus de présence humaine, il n’y a pas de secret?! »

Et d’ironiser : « Ça coûte très cher, ça prouve donc qu’il y a des moyens financiers, qui pourraient être utilisés pour recruter du personnel de surveillance. Il faut plus de présence humaine, il n’y a pas de secret?! »

« J’avoue ne pas avoir parlé de cette question autour de moi ni à mes collègues ni à mon fils lycéen, avant de savoir que mon lycée était concerné », indique une enseignante du lycée, qui souhaite rester anonyme.

« Un côté fliquage qui me gêne »Mais, réflexion faite, elle estime que le projet « a un côté fliquage qui me gêne un peu, c’est quand même dommage pour les enfants. Mais il est vrai que nous sommes dans une société ultra-sécurisée ». Pour elle, la taille de l’établissement est tout de même un argument pour les portiques. « Il fait 18 hectares, on y entre et sort presque comme on veut ». Mais l’inverse est vrai aussi : comment contrôler les flux dans un établissement aussi grand??  (Malgré plusieurs sollicitations, la direction n’a pas donné suite à nos demandes d’interview).

Laurent Bernard et Matthieu Perrinaud

Adresse solennelle du congrès national du SNES-FSU au président de la République : RETRAIT de la réforme du collège.

2016-04-04_snes-fsu_adresse_au_president_de_la_republique

Monsieur le Président,

Depuis maintenant près d’un an, la réforme du collège voulue par votre gouvernement cristallise les mécontentements et la colère des personnels. Grèves, manifestations, pétitions, interpellations, résistances aux formations et aux injonctions, sont autant de preuves d’un fossé qui se creuse et de l’opposition continue à cette réforme. En effet, celle-ci ne répond pas aux problèmes du collège, et au contraire dégraderait encore davantage les conditions de travail des personnels et les conditions d’étude des élèves.

Les personnels sont pourtant demandeurs d’une réforme, conscients qu’ils sont que l’organisation actuelle de la scolarité en collège ne permet pas d’assurer la réussite de tous les élèves. La nécessité d’augmenter l’investissement consacré aux collèges, que Madame la Ministre dit partager, ne se traduit pas suffisamment dans les faits. Au-delà de cette question des moyens, il s’agit aussi de produire des programmes cohérents, de concevoir une offre de formation des personnels leur permettant de diversifier les modalités d’apprentissages…

A ce jour, le plan de préparation à l’application de la réforme à la rentrée 2016 a encore renforcé les crispations, démontrant tout à la fois l’inutile complexité de ses propositions, et un mode d’encadrement et de formation des personnels indigne de l’institution.

Nous vous demandons solennellement de revenir sur cette réforme, et de rouvrir le débat sur les nécessaires évolutions à apporter au collège, dans l’objectif partagé de la réussite de tous les élèves. Le SNES-FSU, avec la profession, a des propositions, qu’il est prêt à vous exposer.

Donner la priorité à la jeunesse, c’est relancer la démocratisation de l’enseignement secondaire, en collège comme en lycée. Cela ne peut se faire sans les personnels. Il est encore temps de les entendre à quelques mois de la dernière rentrée de votre mandat.

Veuillez croire, Monsieur le Président, en notre profond attachement au service public d’éducation.

Pour le congrès,

Co-secrétaires généraux du SNES-FSU

Frédérique ROLET Roland HUBERT