Mois: décembre 2015

Carte des langues et « réforme du collège ».

 

Le Comité Technique Académique du 14 décembre 2015 a été informé par Mme le Recteur des modifications envisagées pour la carte des langues, en lien avec la réforme du collège.
Toutes les sections européennes sont désormais supprimées, sans solution de continuité pour les élèves qui en suivent actuellement les cours, ce qui, pour le SNES-FSU, est injustifié et méprisant pour les élèves qui s’y sont engagés et les enseignants qui s’y sont beaucoup investis.
La plupart des classes bilangues, très majoritairement anglais-allemand, sont maintenues, ce dont nous nous réjouissons même si nous aurions souhaité que des efforts supplémentaires soient faits concernant l’italien, l’espagnol et le russe. De plus, nous déplorons que la fermeture de certaines bilangues ne soit pas justifiée, d’autant moins quand elles répondent aux critères retenus par le rectorat : éducation prioritaire, projet sur le cycle 3, équité entre les territoires, équité public-privé, effectifs, professeurs disponibles.
Madame le Recteur a annoncé que les enseignants dont le service serait incomplet pourraient, sur la base du volontariat, être amenés à le compléter dans le premier degré pour assurer l’avenir des bilangues de continuité.
Vous trouverez ci-dessous l’état de la nouvelle carte des LVER* par département et par bassin pour la rentrée 2016. M. le Secrétaire Général nous a précisé qu’elle n’était pas encore définitive, que des ajustements pouvaient encore avoir lieu. C’est la raison pour laquelle nous vous invitons à prendre contact avec nous si vous constatez des problèmes ou si vous vous interrogez sur cette carte.

 

Le SNES-FSU, au sein de l’intersyndicale, rappelle son opposition à cette réforme du collège qu’il juge néfaste tant pour les élèves que pour les personnels, dont certains verront leur poste supprimé purement et simplement, d’autres leur service partagé sur deux, trois établissements, voire plus.
Le SNES-FSU continue de demander son abrogation ainsi que l’ouverture de discussions pour une autre réforme, réellement ambitieuse, en particulier dans le renforcement des Langues Vivantes Etrangères et Régionales, afin de garantir une offre diversifiée à tous les élèves.
Publicités

Déclaration de la FSU Allier au Conseil Départemental de l’Education Nationale du 16 décembre 2015.

La FSU de l’Allier à l’occasion de ce CDEN tient à mettre en garde les pouvoirs publics et l’exécutif contre la tentation de régler les graves questions sociales auxquelles notre pays est confronté par des solutions autoritaires.
Les crimes de masse commis par Daesh le 13 novembre dernier ont dans l’immédiat sembler légitimer l’état d’urgence et le projet de modifier la constitution. Il s’avère que l’état d’urgence est de facto dirigé contre l’exercice des libertés démocratiques de rassemblement et de manifestation et que les perquisitions généralisées débordent massivement la lutte contre Daesh. Pire encore : le projet de déchéance de nationalité envers les citoyens binationaux (natifs compris) instaurerait de fait une inégalité civique entre citoyens français, mettant en œuvre une revendication de l’extrême droite.
En matière de relations sociales, il est surprenant que le premier geste du gouvernement, disant avoir entendu le message des électeurs au lendemain des élections régionales, soit de geler l’évolution du SMIC. La mise en œuvre du protocole PPCR (Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations) dans les fonctions publiques, protocole que notre section fédérale départementale n’avait pas approuvée, et qui a été décidée par le premier ministre malgré son caractère minoritaire, impose un carcan autoritaire à la liberté de négociation des salaires et rémunérations.
La réforme territoriale renforce dangereusement, par le pouvoir réglementaire, les attributions des présidents de Région qui deviennent, le mot n’est pas trop fort, des sortes de potentats. La tendance au renforcement de l’exécutif va donc de pair avec la tendance à l’inégalité croissante des citoyens devant la loi, devant l’impôt et dans l’accès au service public. C’est notamment pour ces raisons que notre Fédération avait vivement réagi aux propos de M. le Préfet lors du précédent CDEN du 9 juillet dernier concernant les conventions censées contractualiser la répartition des postes dans le premier degré, car il ne saurait y avoir de différences de traitement entre départements selon que les associations d’élus ont convaincu ou non les maires de participer ou non à telle ou telle politique. La signature récente de ladite convention repose naturellement ces mêmes questions : nous ne tomberons pas dans le piège de la concurrence entre départements et entre territoires.
La FSU de l’Allier, en prenant récemment l’initiative d’une réponse unitaire des organisations démocratiques, syndicales et laïques à une tentative de provocation d’extrême droite menée à l’encontre des réfugiés installés provisoirement à Varennes-sur-Allier, ce qui lui a valu d’être ciblée et attaquée par le groupe à l’origine de cette tentative, est fermement attachée aux acquis républicains et démocratiques et c’est pour cela même qu’elle adresse aujourd’hui cette mise en garde.
Le 15 décembre 2015

« Réforme du collège » : ce qu’en pense le syndicat des Inspecteurs d’Académie.

Aujourd’hui a lieu la seconde « demi-journée banalisée » de promotion de la « réforme du collège ». Le front syndical uni et majoritaire qui s’y oppose, après une période marquée par les crimes de masse du 13 novembre et les élections régionales, appelle à relancer la lutte pour son retrait avec une grève nationale le 26 janvier.

Nous invitons les collègues à examiner le document ci-joint : la prise de position du principal syndicat d’une catégorie bien spécifique de personnels d’autorité, les Dasen (Inspecteurs d’Académie). On y verra ce que semblent penser réellement les premiers concernés, après les Recteurs, par la mise en oeuvre de cette « réforme ». A priori ils approuvent son contenu mais cette approbation est démentie par les constatations concrètes et alarmistes faites à partir du troisième paragraphe. Mais lisez donc :

2015_12_13_lettreouverte_ministre_reformeclg

Compte-rendu de la Commission académique des LV consacrée à la future carte des langues

Pour les personnels : FSU / UNSA (pour le public)  CFDT / CFTC (pour le privé)
Pour les parents d’élèves : FCPE / PEEP / Association des parents du privé
La FSU, seule organisation à faire une déclaration liminaire, s’est exprimée sur le fond de la réforme du collège et son impact sur les langues vivantes. Elle est intervenue sur plusieurs situations (bilangues, euros, LV2 5e, situation du portugais, de l’italien, du russe…) toujours avec le souci d’aller vers une offre linguistique diversifiée.
Pour résumer, les classes bilangues sont globalement maintenues dans notre académie, bien que 10 d’entre elles soient censées disparaître dans le public à la rentrée 2016. Ce résultat est à mettre au crédit de la mobilisation des personnels qui dure depuis huit mois maintenant. Mais ce n’est toujours pas satisfaisant, d’autant moins que certaines suppressions ne sont pas justifiées et que les sections européennes en collège font les frais de la réforme, ce que nous continuons de contester.
Madame le Recteur nous a annoncé que des efforts considérables étaient faits dans l’académie pour maintenir ou créer des bilangues, qu’il n’y aurait pas de baisse des dotations, dans aucun collège de l’académie à effectif constant. Pas de mesure de carte scolaire. Par contre, il ne sera pas possible de proposer deux bilangues par collège et les enseignants devront s’investir notamment dans le primaire pour assurer l’avenir des bilangues de (pré)continuité. La FSU veillera à ce que les statuts des personnels et leurs obligations réglementaires de service ne soient pas remis en cause.
Enfin, nous avons dénoncé les conséquences de la réforme sur les conditions de travail des personnels dont certains verront leur poste supprimé, d’autres leur service partagé entre deux ou trois établissements voire plus. Enfin, elle a rappelé son soutien à la mobilisation des personnels qui, avec une intersyndicale second degré très large, continuent de demander le retrait de la réforme et l’ouverture de discussions pour une toute autre réforme, réellement ambitieuse, en particulier dans le renforcement des LVER afin de garantir une offre diversifiée à tous les élèves.
NB : la Commission Académique des Langues Vivantes n’est qu’une instance consultative où les personnels sont sous-représentés, c’est pourquoi la FSU réinterviendra dès lundi en Comité Technique Académique sur toutes les situations qui continuent de poser problème et pour obtenir des réponses à toutes les questions que nous avons posées par écrit en amont. D’ici là, n’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez que nous abordions la situation de votre établissement.

Faire respecter ses droits. La réunionite : ça suffit !

jeudi 10 décembre 2015

Accédez ci-dessous à l’ensemble des références, l’état des textes, nos conseils de démarche et d’action syndicale, tant individuelle que collective.

- Dans la rubrique « ORS des professeurs du second degré », détaillant l’ensemble des textes et analyses syndicales, la FAQ des ORS (foire aux questions) est dédiée aux multiples questions qui peuvent se poser. Par exemple :

- Pour suivre la diffusion de l’Opération GrainS de sable et accéder aux témoignages mis en ligne : cliquer sur l’image ci-dessous.