Mois: octobre 2015

Largement 250 personnes à Varennes pour les libertés démocratiques, le droit d’asile, la laïcité et contre le racisme.

http://www.radiormb.com/podcasts/l-invite-du-jour-4/vincent-presumey-8278.html

11050092_10208187330190221_3246081786288718650_n11219346_10205117860886037_3665964687080621749_n (suite…)

Publicités

Oui aux réfugiés et Non au racisme dans l’Allier : rassemblement Varennes samedi 10h 30 … et rififi côté FN !

Samedi 31 octobre 10h 30 place des Droits de l’Homme (en face du collège) à Varennes-sur-Allier, rassemblement pour les droits démocratiques, le droit d’asile, la laïcité, contre le racisme. (suite…)

Oui aux réfugiés et Non aux racistes dans l’Allier !

200 réfugiés, en majorité sud-soudanais et érythréens, ont été acheminés sur l’ancienne base militaire de Varennes-sur-Allier.
Il s’agit de gens qui fuient l’épouvante et qui ont bravé mille périls pour arriver jusqu’en France et dont le droit d’asile relève de l’humanité et des droits démocratiques fondamentaux. (suite…)

Aprés la manif, la première demi-journée banalisée.

IMG_0464IMG_0426

Nous fûmes 20 000 à Paris ce jour (oui, 20 000 : nous n’avons pas l’habitude dans notre département de bluffer sur les chiffres de grévistes ou de manifestants).

Des collègues de Cusset, Lapalisse, sur France Info. De Varennes et Montluçon sur France 2, ici à 10′ 8″ devant le ministère : http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-3/19-20/jt-de-19-20-du-samedi-10-octobre-2015_1111513.html , de Varennes sur i-télé. On a donc les preuves que l’Allier y était !

Surtout une manifestation COMBATIVE, tout le contraire d’un enterrement, avec un slogan central et un objectif simple et clair : ABROGATION de cette contre-réforme destructrice.

Le bras de fer se resserre. Ce mercredi matin 14 octobre a lieu la première demi-journée banalisée « obligatoire ».
Nous mettons des guillemets : l’obligation pour un collègue n’ayant normalement pas de service sur les horaires « banalisés », en l’absence d’ordre de mission, est problématique.

Le SNES 03 vous invite à demander dés lundi à vos chefs, PAR ÉCRIT, une réponse aux deux questions :
-est-ce obligatoire et en vertu de quels textes, y compris si l’on n’avait pas de service sur ces horaires ?
-quelle est en l’absence d’ordre de mission notre couverture en cas d’accident ?

En tout état de cause, le SNES a consulté les textes : sans ordre de mission ni cours vous pouvez ne pas y aller sans même être déclaré gréviste ; si vous avez cours vous devez être présent sur votre seul temps de service ; en cas d’ordre de mission, y compris local (mais un ordre de mission s’appelle « ordre de mission », pas « convocation » ou « invitation » ou encore « information » ! ) si vous n’y allez pas vous êtes gréviste.
Vous pouvez donc :
-faire grève,
-partir,
-intervenir en demandant une prise de position commune pour l’abrogation de cette prétendue réforme,
-intervenir, poser des questions, etc.
-ou au contraire vous taire ostensiblement.

DANS TOUS LES CAS nous vous invitons à nous joindre le jour même ou à laisser un message sur snes03@wanadoo.fr ou les 04 70 97 09 70 ou 06 79 61 68 40.

Élèves de cinquième et de quatrième en 2015 : une génération sacrifiée ?

Avec l’éventuelle mise en œuvre de la réforme du collège en septembre 2016, les élèves de 5e et 4e en 2015, à cheval sur les deux systèmes au cours de leur scolarité au collège, vont non seulement essuyer les plâtres mais seront fortement lésés dans leurs heures de cours.

En effet, avec les modifications des grilles horaires prévues dans la réforme, les heures de cours ne seront plus réparties de la même manière selon les niveaux. Ainsi, avec un rapide calcul, on peut déjà affirmer qu’un élève de 4e en 2015 recevra 90h de cours en moins sur sa scolarité au collège qu’un élève qui était en 4e en 2014. Cela correspond à 3 semaines et demie de cours complets dont 18h de français, 18h de maths, 18h de LV2, de sciences physiques et de technologie.
Pour un élève de 5e cette année, le même calcul aboutit à une perte totale de 162h soit 6 semaines et demie de cours complets dont 18h de maths, 36h de LV2, 18h de sciences physiques et technologie, et 72h d’itinéraires de découverte (souvent transformées en heures de soutien ou de dédoublements).
Ces calculs se font hors options puisque avec la réforme il ne sera plus proposé d’option euro ou DP3 aux élèves.
Que propose le ministère pour ces élèves qui auront eu moins de chance que leurs aînés ? Pourquoi les 36 semaines de cours dues aux élèves (indispensables au point qu’on nous ait fait venir pour des mercredis après-midi de rattrapage en 2014) sont-elles désormais oubliées ?
Tous à la manifestation samedi 10 octobre à Paris !